Il existe plusieurs moyens pour aller vers Compostelle lorsque la vie vous a joué quelques tours, et que vous êtes cloué en fauteuil roulant.
Un de ces moyens est la Joëlette.
Un autre moyen est de partir en autonomie totale, à deux personnes, avec un petit âne tirant la Randoline.
Voir le chapitre spécial "La Randoline"

Description
Inventée par Joël Claudel, la Joëlette est un fauteuil muni d'une roue unique, situé sous le fauteuil, et de deux brancards, permettant ainsi de véhiculer la personne handicapée.

Suspension
L'essieu est relié au fauteuil par une suspension afin d'assurer à la personne assise un plus grand confort.

Courroie de portage
Le porteur peut passer autour de ses épaules et son cou une courroie pour mieux répartir l'effort de portage et de soutien.

Portage à deux
Deux personnes peuvent s'installer aux brancards, une devant et une derrière, sur un terrain facile et plat. Leur effort essentiel consiste à faire avancer la joëlette, puisque le poids de la personne handicapée est supporté par la roue. Ils doivent aussi éviter un basculement à droite ou à gauche, car il n'y a qu'une seule roue.

Portage à quatre
Si le terrain est scabreux ou en pente, deux porteurs ne suffisent plus et il faut alors se mettre à quatre personnes, deux à l'arrière et deux à l'avant, chacune s'occupant d'une tige du brancard

Piquets de stationnement
En cas d'arrêt, des piquets se déplient et maintiennent la stabilité de la Joëlette sans qu'il soit nécessaire de tenir les brancards

Rangement
Presque tout est démontable, grâce à des clavettes, permettant de ranger rapidement la Joëlette dans un coffre de voiture.

Différents modèles
Avec l'expérience de quelques années, on trouve aujourd'hui différents modèles de joëlette. Lorsqu'on parle de randonnée sur plusieurs jours et sur des terrains inégaux et rocheux, il faut utiliser des modèles plus solides que la Joëlette originale, car le matériel est soumis à de violents efforts de torsion et des chocs répétés. Les soudures notamment doivent être renforcées par des pattes et des équerres.

 

 

 

Est-il encore possible de vous faire changer d'avis ?

Pouvez-vous imaginer ce à côté de quoi vous allez passer ? La divine lenteur d'abord et puis bon nombre de sentiers du chemin qui sont impraticables en vélo, mais aussi la sérénité de la marche sans le souci mécanique.

La composante humaine, pourtant si forte dans ce projet, sera masquée par votre vitesse. Cela vous empêchera, en particulier, de lier contact avec les autres pèlerins, car vous ne reverrez jamais ceux que vous avez croisés la veille au gîte ou rencontrés en route.

Vous dites que vous manquez de temps pour y aller à pied. Mais pourquoi n'y allez-vous pas en plusieurs fois, par tronçons périodiques ? Et si vous envisagiez de sacrifier coûte que coûte  le temps nécessaire pour faire tout en une fois et à pied !

Vous dites que la marche à pied c'est trop dur et trop long. Mais depuis dix siècles que tous y vont, croyez-vous que si c'était aussi difficile, les candidats se presseraient encore de nos jours. Ne pouvez-vous imaginer ce qu'ils obtiennent à chaque pas en récompense de cet effort ? Est-ce une raison pour se priver de la crème du chemin ?

Vous dites que de toute façon vous aimez le vélo et la raison de votre choix est là ! Alors voici quelques conseils pour optimiser votre préparation et nous vous souhaitons malgré tout le plus beau des voyages.

La machine
Vous serez amenés à pratiquer de la route macadamée et du chemin. Vous rencontrerez du temps sec et des chemins boueux. Choisir un vélo trop spécialisé dans un domaine vous handicaperait dès que le terrain ou les conditions changent.

.

Le vélo apte à répondre à ces exigences de polyvalence, n'est pas un VTT (tous terrains), équipé de roues de faible diamètre et de pneus de forte section. Ce n'est pas non plus un vélo de route, équipé de roues de grand diamètre et de pneus de petite section. Le VTC (tous chemins) se situe entre le VTT et le vélo de route. Il est le plus polyvalent.

Si vous avez le choix, optez pour le vélo le plus simple ou le moins technologique. Le vélo idéal est rustique, solide et endurant.
Partez cependant avec un vélo de marque reconnue, équipé d'accessoires fiables. En route, il sera trop tard pour découvrir que votre vélo n'est pas adapté à l'endurance sur tous types de chemins et toutes conditions.

Selle
Une selle de bonne qualité, en gel, d'un gabarit prévu pour les longs trajets, c'est-à-dire offrant une faible surface de contact. Evitez les selles larges, qui bien que confortables, augmentent la surface de frottement, en particulier à l'entrejambe et sont inadaptées pour les longues durées de pédalage.

Amortisseurs
Dans la mesure où les amortisseurs sont aptes à l'endurance, il ne faut absolument pas se priver de rouler sur amortisseurs. Il faut simplement éviter d'ajouter un équipement qui par sa fragilité, pourrait être à l'origine d'une panne. Si vous n'envisagez pas les amortisseurs sachez que les cadres acier ont un meilleur comportement aux vibrations que les cadres aluminium.

Porte-bidon
Le porte bidon est indispensable pour avoir une réserve d'eau en permanence à portée de main.

Compteur kilométrique
En voyage long, il permet de vérifier les distances parcourues et participe ainsi à l'orientation et au dosage de l'effort. Il faut cependant qu'il soit d'une qualité adaptée à l'endurance, c'est-à-dire à la répétition des chocs et vibrations sur une longue période. Il doit donc être très fiable pour tenir sur toute la durée du voyage.

Eclairage
La pose d'un éclairage avant et arrière est indispensable pour vous signaler sur portion routière. Préférez les modèles à piles, afin de vous signaler aussi lorsque vous êtes à l'arrêt.

Sonnette
La sonnette est indispensable pour vous signaler sur les chemins à l'approche de marcheurs ou dans les agglomérations.

Casque
Sur de longs trajets, pour votre sécurité, il est indispensable de porter un casque cycliste. L'offre propose des modèles dont le poids moyen se situe entre 200 et 300 g.

Antivol
Pour vous permettre de quitter votre vélo, l'antivol peut s'avérer indispensable. Préférez un modèle permettant de couvrir cadre et roues.

Assurance
Vérifiez avant le départ, que votre contrat responsabilité civile couvre bien votre voyage à vélo. Faites de même pour votre assurance assistance.

Préparer le vélo
Si votre vélo est neuf, ne partez pas sans l'avoir rodé sur 500 à 1000 km. S'il n'est pas neuf, échangez préventivement les accessoires suivants :
- Câbles et gaines, patins de freins, chaîne, tous neufs.
- Jantes neuves ou en excellent état, parfaitement équilibrées, plateaux avant en excellent état.
- Pignons arrières, neufs de préférence, mais rodés.

Partez avec des pneus peu usés.
Ne soudez pas sur le cadre, par exemple pour y fixer un porte-bagages. Les cadres sont en acier ou aluminium allié et ne peuvent être soudés sans précautions techniques, généralement hors de portée du bricoleur. Avec les sollicitations du voyage, vibrations et chocs sous contrainte, la fissuration est quasiment inévitable.
Soyez prudents avec les éventuels aménagements techniques que vous auriez effectué vous-même sur la machine. Si c'est le cas, testez-les sérieusement en endurance, bien avant le départ.

Matériel et pièces à emporter
-
2 chambres à air et kit de réparation des chambres
- un câble long, pouvant remplacer n'importe quel câble de votre vélo
- un jeu de patins de frein
- une pompe solide
- une clé multifonction solide, couvrant tous les écrous de votre vélo et si nécessaire un tournevis
- une burette d'huile et un chiffon, de la graisse pour suspension si nécessaire

Préférez un système à blocage rapide des roues pour éviter d'emporter un outil supplémentaire.

Pour limiter le matériel de réparation, essayez d'uniformiser certaines vis ou écrous présents sur votre machine, au besoin en les échangeant. L'objectif étant d'éviter d'emporter trop d'outils différents. Evitez néanmoins de toucher aux vis mécaniquement sollicitées.

Savoir dépanner
En empruntant les chemins sur de longues distances, le vélo qui est chargé se trouve soumis à des sollicitations importantes qui vont immanquablement entraîner des déréglages et des pannes. Il existe un certain nombre de pannes classiques, qu'il faudrait dans l'idéal, savoir dépanner soi-même :
- Changer une chambre à air et la réparer
- Changer un pneu
- Changer un câble (bien qu'il soit peu probable de casser un câble neuf) puis régler le freinage ou le dérailleur
- Changer les patins de frein et régler ensuite le freinage
- Réparer la chaîne en changeant un maillon
- Régler les dérailleurs avant et arrière, bien qu'il soit normalement possible de rejoindre l'atelier d'un professionnel

Portage
Veillez à équilibrer les portages avant et arrières pour affronter les pentes.

Equipement de portage
-
Le porte-bagages : fixé sur le cadre, à l'arrière et à l'avant
- Les sacoches arrières : étanches, elles sont accrochées au porte-bagages et descendent de part et d'autre de la roue. L'offre propose des contenances de 35 à 45 litres par sacoche, pour un poids variant de 1,3 à plus de 2 kg la paire.
- Les sacoches avant : principe identique aux sacoches arrières, elles sont plus petites et sont ancrées plus bas sur le vélo. Les contenances sont d'environ 25 litres par sacoche et la paire pèse environ 1,1 kg.

- Le sac ou rouleau supérieur : il se fixe sur le porte bagage arrière et peut couvrir les sacoches. Volume et poids variable selon les modèles. Il existe des combinés, en forme de U inversé, regroupant les sacoches arrières et le sac supérieur (les 3 éléments restent séparables).

Le sac à dos de cycliste : plus petit que le sac à dos de marche et adapté à la pratique du vélo, il comprend cependant les mêmes réglages et options. Le port du sac à dos à vélo doit être évité, car il rehausse le centre de gravité du cycliste.

Le sac de guidon : facilement amovible pour pouvoir l'emporter, il s'ancre sur une interface qui elle, est fixée sur le guidon. C'est généralement là que l'on loge les documents, cartes et affaires importantes.

La remorque tubulaire, mono-roue, qui se fixe de part et d'autre du moyeu de roue arrière, grâce à un adaptateur articulé. Elle permet le transport d'un sac de grande contenance. Son utilisation peut être délicate dès que le chemin n'est plus régulier.

Limite de poids
A vélo, les possibilités pour transporter du matériel sont importantes. Il faut cependant se garder de surcharger le vélo. Hors vélo, le poids maximum doit rester compris entre 12 et 15 kilos. Monter une côte, même sur route peut devenir une véritable épreuve avec un vélo trop chargé. Sur chemin, la maniabilité peut aussi s'en ressentir significativement.

Equipements spécifiques au cycliste

Pantalon pour rouler : Le pantalon cycliste existe aussi en trois-quart et en long, les 2 avec bretelles. Vous pouvez choisir les modèles équipés d'un "pad fessier" intégré, qui rend plus confortables les longues randonnées.

Pour ceux qui préfèrent rouler en jeans ou shorts classiques, il existe des slips cyclistes comprenant également un "pad fessier" intégré. Bien entendu, ces vêtements et sous-vêtements existent en modèle féminin.

Chaussures pour rouler : Il est préférable d'éviter les pédales automatiques mais si vous y tenez, vérifiez qu'elles soient confortables à la marche. Les nombreux passages difficiles, où il faudra descendre de vélo pour marcher, justifient le port de chaussures aptes à la marche. Ces chaussures doivent être adaptées à la finesse de sensation que réclame le pédalage, mais aussi aptes à la marche à pied.

Préparation physique
N'envisagez pas de profiter des premiers jours de voyage pour vous roder. La durée du voyage et l'intensité des contraintes imposées à vos jambes par un vélo chargé seront considérables. L'absence d'une préparation physique conduirait à un risque important de blessure.
Après quelques semaines de préparation, réalisez vos courses en vous plaçant dans les conditions réelles du voyage. Utilisez pour cela le vélo équipé en le chargeant progressivement jusqu'à atteindre la situation de voyage. Empruntez des terrains variés. Sortez au moins une fois sur terrain humide et surtout sous la pluie.

Il faut être capable de réaliser des journées de vélo de 4 heures au minimum. La préparation doit également vous permettre de tester vos capacités et mesurer vos limites par rapport aux difficultés occasionnées par tous les types de terrains.
En préparation comme durant le voyage, il est conseillé de rester toujours en dessous de ses limites.

Période de voyage
Comme nous l'avons expliqué, le choix du vélo interdit certaines portions de certaines voies. Veillez alors à éviter les saisons pluvieuses, qui risqueraient de réduire encore les portions de voies franchissables à vélo. En effet, nombre de chemins lorsqu'ils sont détrempés, sont impraticables avec un vélo chargé.

Choisir la voie

La voie du Puy-en-Velay est praticable à vélo, mais assez accidentée. Cela rend certaines portions assez physiques pour le cycliste. D'autres portions sont impraticables à vélo, ce qui est souvent le cas entre Le Puy et Cahors. Les parcs de l'Aubrac, entre Nasbinals et la ville d'Aubrac, où les clôtures sont prévues pour être franchissables à pied, seront également une difficulté.

La voie de Vézelay. Cette voie est beaucoup moins physique pour le cycliste que la précédente. Elle comprend aussi de nombreuses portions routières.

La voie d'Arles. Cette voie est très physique pour le cycliste. Elle comprend de nombreuses portions infranchissables pour les vélos. En particulier sur la portion de Montpellier à Castres, il est souvent indispensable au cycliste d'emprunter les axes routiers en traçant lui-même son itinéraire.

La voie de Tours. Cette voie est sans doute la plus cyclable. Elle emprunte de nombreuses portions routières et comprend peu de dénivelés. Certains amateurs de vélo sportif la jugent trop "facile".

Préséance
En Espagne, les cyclistes doivent attendre la fin de l'arrivée des pèlerins à pied pour accéder au gîte. Ils ne sont généralement pas autorisés à y accéder avant 19h.

Le cycliste peut en effet envisager, avec plus de facilité que le marcheur, de se remettre en route pour trouver un hébergement dans la ville suivante.

En France seule la courtoisie gère ce problème.

Ménagez le vélo, en particulier en limitant votre vitesse dans les descentes sur chemins. Une vitesse excessive pourrait conduire à voiler une jante ou même casser un rayon. Dans tous les cas, économisez votre machine.

A propos de cette option
Partir à cheval ne s'improvise pas et bien entendu, s'adresse aux cavaliers et montures expérimentés. Il est aussi nécessaire que cavalier et monture se connaissent et aient déjà l'expérience de la randonnée, pour l'avoir pratiquée ensemble sur plusieurs jours.

Cavalier et monture doivent former une équipe solidaire. Le cavalier doit connaître les qualités et défauts de son cheval afin de maîtriser toutes situations et imprévus qui ne manqueront pas de se présenter au cours du voyage.

Nous ne traitons que le voyage en autonomie, c'est-à-dire sans le cas particulier du véhicule suiveur assurant la logistique.

Bibliographie, référence
Technique du voyage à cheval, Emile Brager, Nathan

Assurance
Une assurance responsabilité civile est nécessaire, couvrant également les risques en cas de vol du cheval, de perte ou de décès. Le vol de chevaux reste toujours possible. Il n'est pas rare en Espagne. Pour tout problème, adressez-vous à la Guardia Civil qui est particulièrement serviable avec les pèlerins.

Quel cheval ?
Le cheval doit être rustique. Il évoluera dans des reliefs variés et pourra subir des conditions météorologiques très différentes : canicule, pluie, vent, froid, voire neige. Il aura également à subir le flot de la circulation routière.

Vous ne trouverez pas forcément sa nourriture habituelle. Il devra s'adapter à la nourriture que vous dénicherez pour lui, en qualité et en quantité. Il n'aura pas de box chaque nuit et devra être habitué à se reposer à l'attache.

Les Espagnols proposent souvent d'attacher le cheval par une grande longe au sol, reliée à un membre du cheval et à un piquet. Attention, il devra être habitué à ce mode d'entrave.

.

Le franchissement des frontières
Le franchissement d'une frontière européenne nécessite de présenter un certificat de circulation intracommunautaire des équins. Le document se procure à la Direction Sanitaire Vétérinaire départementale qui le validera ensuite lorsqu'il aura été complété par un vétérinaire, après examen du cheval. La validation n'étant valable que dix jours, vous devrez effectuer ces démarches en cours de route, avant la frontière. Au retour la même démarche est normalement nécessaire. Toutefois, les contrôles douaniers à la frontière étant supprimés, vous n'aurez probablement personne à qui présenter votre document, en particulier en empruntant un des chemins de Saint-Jacques.

Influence du voyage à cheval sur l'itinéraire
Les itinéraires des voies jacquaires sont généralement des sentiers de randonnée dont certaines portions peuvent être dangereuses ou impraticables pour un cheval, à fortiori lorsqu'il est chargé. Vous ne pourrez donc pas emprunter tous les sentiers et devrez parfois suivre un itinéraire spécifique.

Parfois vous devrez aussi privilégier certaines villes et en laisser d'autres, afin de pouvoir garantir hébergement ou nourriture pour le cheval. Si vous souhaitez vous éloigner du chemin balisé, il faudra vous orienter à la carte.

Pour ces raisons, vous serez tenu à une préparation fine de votre itinéraire avant le voyage, ceci bien plus que le pèlerin à pied.

Longueur d'étapes
Prévoyez des étapes d'environ 25 à 30 km journaliers. De cette façon, vous conservez une réserve pour pousser plus loin avec votre monture si vous ne trouvez pas d'hébergement capable de vous accueillir.

Hébergements du cheval
Les miam-miam-dodo indiquent la présence des hébergements équestres ou tout du moins de ceux qui acceptent les chevaux.

Nourriture du cheval
Laissez le cheval brouter durant les haltes en cours de journée, au gré de ses besoins. Offrez-lui aussi, carottes, pommes, betteraves, pain sec.

Attention, tous les hébergements équestres ne disposent pas de nourriture pour le cheval et il faudra parfois l'apporter vous-même. Informez-vous préalablement de la présence de nourriture sur le lieu d'étape que vous choisissez.

Utilisez un sac de réserve de grain.

Harnachement et équipement
-
Collier de chasse et croupière pour éviter à la selle de bouger
- Un licol, une longe et une corde d'attache d'au moins 12 mètres
- Une paire de rênes et d'étrivières en réserve
- Une ferrure de réserve car il est plus facile de trouver un maréchal ferrant capable de poser le fer
- Un sac de réserve de nourriture
- De grandes sacoches, des fontes avant, un porte-carte et documents
- Un rouleau de fil à clôture pour improviser un paddock. Il existe des kits de clôture étudiés pour la randonnée, malheureusement ils sont un peu lourds (2.5 kg)

Sans véhicule d'accompagnement, vous devrez tout emporter. Il faudra donc privilégier le matériel le plus solide, mais aussi le plus léger.

Matériel de nettoyage et d'entretien
Le cheval sera votre premier compagnon, auquel il vous faudra accorder les meilleurs soins et la plus grande attention :
- Brosse courte ou gant plastique double face, piquants plastiques d'un côté et brosse de l'autre
- Cure-pieds
- Matériel de maréchalerie
- Fil et aiguille pour réparer cuir ou sacoches

Santé
Votre cheval doit être à jour de ses vaccins, notamment la fièvre équine.
- Bande pour envelopper une sangle blessante et gel pour blessures ou hématomes
- Anti-inflammatoire, réhydratant, anti-coliques

 

Documents
Assurance du cheval, livret SIRE, photocopie de la carte de propriétaire, licence de cavalier

Protection du paquetage aux intempéries
Utilisez des sacoches imperméables et protégez-en le contenu en scindant le matériel dans des sachets plastiques indépendants.

Emportez une bâche adaptée comportant des moyens de fixation, avec laquelle vous recouvrirez la selle en cas de pluie, lors des arrêts et lorsque vous marcherez.

Code de la route et comportement
Le code de la route considère comme un véhicule un cheval évoluant sur route ouverte à la circulation. Vous devrez donc en sa compagnie respecter le code de la route et serez responsable de son comportement. Soyez donc vigilant et restez maître de votre cheval.

De façon plus générale :
- Evitez de vous arrêter sur des zones privées sans autorisation.
- Au matin, quittez votre zone de bivouac en la laissant propre et en bon état. De même dans la journée lorsque vous faites une pause.
- Lorsque vous traverserez une ville, évitez de souiller les rues ou les places, ainsi que les fontaines et éliminez vous-même les crottins laissés par votre cheval en agglomération, à l'aide de sacs plastiques.
- Ne laissez pas votre cheval brouter les plates bandes ou pelouses publiques.

Le retour de voyage
Arrivé au terme de votre voyage, vous devrez rapatrier votre monture dans un van ou un camion. Cela représente un coût à prendre en compte et demande du temps.

Budget
Sans prendre en compte les frais d'approche (cheval et cavalier) de la ville de départ et les frais de retour de Compostelle.
Sur la voie du Puy-en-Velay, comptez pour la portion française de 35 à 50 euros par jour de voyage. Pour l'Espagne, comptez de 27 à 40 euros par jour de voyage.

Partir seul ou en groupe ?
Lorsqu'on choisit de partir à plusieurs, il est difficile de sortir de l'organisation du groupe, où l'on conserve alors tous ses réflexes et ses comportements sociaux conditionnés. C'est un handicap pour s'abandonner au chemin et il est probable que l'on passe à côté de quelque chose.

Sur la voie du Puy empruntée en permanence par de très nombreux groupes, un malaise s'est fait jour ces dernières saisons. Il est causé par les perturbations qu'apportent avec eux les groupes et leur organisation avec hiérarchie, véhicules, intendance et accompagnant pour la voiture-balai.

Ces organisations qui sollicitent durement les responsables de gîtes pèlerins sont aussi bruyantes. L'ensemble est tout naturellement en conflit avec la sérénité de la démarche et du chemin.Des places sont occupées par les accompagnateurs transportant généralement les bagages.

Bien entendu, dans cet état d'esprit, on ne trouve pas le gîte suffisamment confortable ou on le trouve trop rustique. On apprécie peu la promiscuité des pèlerins, mais surtout on ne se gêne pas pour protester.

.

Comme toujours en cas de déséquilibre, la réaction ne se fait pas attendre. Une première réplique à la situation va voir le jour. Elle émane des acteurs de l'hébergement pèlerin, dont certains refusent désormais les groupes.

Il y a des années que l'on parle de vrais ou de faux pèlerins et ce débat était parfois gênant. Aujourd'hui des arguments sont offerts à la branche radicale du monde jacquaire pour installer ce débat au premier plan.

Des conséquences logiques vont aménager la circulation sur les chemins de Compostelle, dans la mesure où celui qui part longtemps souhaite bénéficier en priorité des accueils pèlerins.

L'exclusion des vacanciers hors des gîtes pèlerins est pour demain. Nous sommes cependant quelques-uns à espérer ne pas voir disparaître les "cheminant au coeur léger" dans ce remaniement.